Mon profil


Langues aborigènes d’Australie

publié le 9 novembre 2013

On estime qu’à l’arrivée des Britanniques sur le continent, il existait au moins 250 en , regroupées en 27 familles linguistiques et réparties en des centaines de dialectes (700 communautés linguistiques35). Dans certains cas, une langue ou un dialecte n’était parlé que par une tribu ou un groupe régional, dans d’autres plusieurs groupes régionaux ou tribus parlaient des dialectes d’une même langue. De nombreuses ont disparu aujourd’hui, d’autres sont encore parlées par un petit nombre de locuteurs. D’autres encore sont des véritablement maternelles et certains groupes ne parlent que très mal l’anglais ou le pidgin et communiquent essentiellement dans leur langue aborigène. Les qui sont encore largement parlées aujourd’hui et qui ne sont pas en voie de disparition immédiate sont au nombre de 30 environ. Le nombre de locuteurs d’une langue australienne oscille souvent autour de 100 à 500. Voici quelques à titre d’exemples :

Dans le nord de l’, un créole d’anglais est apparu dans la première moitié du xxe siècle et s’est propagé dans les régions adjacentes. Ce créole, appelé « kriol », est aujourd’hui la langue maternelle d’environ 15 000 personnes, essentiellement dans la région du Top End. Il ne s’agit pas d’une langue de contact (ou « pidgin« , langue véhiculaire limitée aux contextes d’échanges entre des groupes) mais bien d’une langue à part entière, que ses locuteurs considèrent souvent comme une langue aborigène au même titre que les langues plus anciennes. Une proportion importante de ses éléments lexicaux est empruntée de l’anglais, mais le vocabulaire spécifique (faune et flore, termes de parenté…) renvoie aux langues . Le système de conjugaison et la grammaire sont relativement simples, comme c’est le cas dans de nombreux créoles. Dans les régions où le kriol est devenue la langue maternelle des communautés, les autres langues sont souvent menacées d’extinction.

Certains mots des langues sont passés dans la langue australienne (principalement des noms d’animaux, de plantes ou de lieux) : kangouroukoalaUluru (appelé par les anglophones Ayers Rock), billabong.

Partagez cet article